Ni antisémites, ni perverses… juste féministes !

 

femen2_frank151
Féministe, j’ai bondi d’indignation en écoutant François Hollande incriminer les actes « anti-chrétiens » des Femen lors de ses vœux du 14 janvier 2014.

Ce passage est d’autant plus outrancier que le chef de l’État répondait à une question concernant le spectacle antisémite de Dieudonné, mettant sur le même plan une personnalité qui s’attaque aux juifs en tant que personnes et qui regrette le temps des chambres à gaz, et les actions « de personnes qui pensent qu’on peut aller s’exhiber dans une Église et faire des gestes qui touchent profondément les consciences des croyants ».

Il compare ainsi des incitations à la haine raciste, un comportement profondément anti-républicain, à des actions militantes qui défendent les droits des femmes contre les attaques internationales de l’église catholique et le pouvoir qu’elle s’arroge sur nos corps en faisant l’inlassable propagande de son dogme opposé à notre droit à disposer de nos corps. L’exemple récent de l’Espagne en est une parfaite illustration: Là bas, comme dans bien d’autres contrées, l’église persécute et veut anéantir notre liberté.

Délit de blasphème, le retour ?

À en croire le chef de l’État, les citoyen-nes ne seront bientôt plus autorisées à critiquer la religion catholique, sous peine d’être inquiétées pour délit de cathophobie en froissant la susceptibilité des croyant-es. Nous aurons également l’interdiction particulière d’organiser des actions coups de poing au sein d’un lieu religieux, même en prenant soin de ne pas commettre de dégradations, comme d’autres collectifs de chômeurs le font à pôle emploi ou comme la Barbe en organise dans les lieux de pouvoir masculin. Serait-ce donc que dans notre pays laïque, l’église serait un lieu plus sacré que d’autres ?

C’est d’autant plus inquiétant que les droits des femmes ont toujours été défendus à travers ce genre d’actions provocatrices et bousculantes, attendu que personne ne s’intéresse spontanément à leurs sorts. Les suffragettes brûlaient, de leurs temps, les églises et les terrains de golf qu’elles considéraient comme des territoires symboliques de la domination masculine, et le Mouvement de Libération des Femmes des années 70 bravait la loi en organisant des avortements militants dans l’espace public. Les Femen n’ont pas inventé grand chose.

FRANCE-RELIGION-FEMEN-PROTEST-ABORTION

C’est d’autant plus cocasse que le gouvernement français a publiquement soutenu les Pussy riot qui avaient également organisé une action coup de poing dans une église en Russie, et qu’il incrimine aujourd’hui les Femen sur son sol pour une action bien moins spectaculaire. Il y a quelques jours, neuf militantes ont reçue une convocation à une première comparution devant un juge suite à un happening réalisé dans l’église de la Madeleine et à leur action lors de la manifestation anti mariage pour tous organisée par Civitas le 18 novembre 2012. Civitas, cette horrible organisation réactionnaire qui exhibe des photos de fœtus devant les centres d’IVG !

Là aussi, les termes de la convocation nous font craindre une étrange ré-instauration du délit de blasphème, puisqu’on leur reproche d’avoir commis :

« le délit d’injures publiques envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion déterminée, en l’espèce de la religion catholique, (…) le dos et le torsu nu sur lesquels étaient peintes les inscriptions « IN GAY WE TRUST » et tenant à la main un aérosol sur lequel était inscrit « HOLY SPERM »; les dites inscriptions représentant ds expressions outrageantes, termes de mépris ou invectives à l’encontre des catholiques (…).

Ainsi, le slogan LGBT « In Gay We Trust » constituerait une insulte, de nature clairement blasphématoire, puisqu’elle parodie une tirade religieuse ? Car je pense bien que ce n’est pas la République qui considère qu’il ne faudrait pas croire aux personnes homosexuelles.

« Couvrez ce sein que je ne saurai voir »

La France Tartuffe ?

Sur la question du topless, je renvoie l’argument du deux poids deux mesures au chef de l’état, argument qu’il a lui même utilisé pour comparer l’antisémite Dieudonné et les féministes Femen. Ce deux poids deux mesures concerne la possibilité donnée aux citoyennes et aux citoyens d’être topless dans l’espace public. Chaque fois que les Femen sont arrêtées suite à une action torse nu, c’est au motif d’exhibition sexuelle, ce qui est ni plus ni moins qu’une perversion. Certaines se sont même retrouvées sur le même banc qu’un pervers qui venait de se masturber devant un enfant. Les Tumultueuses, qui organisent de leur côté des actions seins nus dans des piscines municipales, un haut lieu de la discrimination de genre pour ce qu’il est des tétons à l’air libre, ont également été interpellées pour le même motif. En revanche, lorsque les Homen, groupe masculiniste réactionnaire et homophobe sont arrêtés, c’est au motif de rébellion… Alors qu’ils ne sont ni plus ni moins topless.

index

Cet archaïsme est clairement exprimé dans l’arrêt Bau, rendu le 29 mai 1965 par le tribunal correctionnel de Grasse, qui stipule : « Le spectacle d’une femme s’exhibant la poitrine entièrement nue dans les rues d’une ville, même à proximité d’une plage, est de nature à provoquer le scandale et à offenser la pudeur du plus grand nombre. »

Débarrassons notre pays des archaïsmes !

Je dénonce fermement l’amalgame qui est fait entre les discours racistes de Dieudonné et la critique légitime du caractère patriarcal des religions. Je remercie au passage JL Mélenchon, seule personnalité politique, comme l’ont fait la journaliste Caroline Fourest ou l’association Osez le Féminisme, à l’avoir dénoncé dans ses vœux (à 13 minutes 30) et sur BFM-TV.

Je dénonce les idiots utiles du patriarcat qui, malgré toutes les bonnes intentions du monde, ont inventé le terme « islamophobie » qui légitime à présent le concept de « cathophobie » et l’impossibilité à critiquer les religions patriarcales.

En 2014, les corps des femmes doivent cesser d’être regardés comme des objets sexués et érotiques par défaut, alors même que la nudité est au service d’une action militante, comme le font régulièrement des collectifs de chômeurs ou d’écologistes qui « tombent la chemise » mais ne sont traités ni de pervers sexuels ni d’exhibitionnistes, du moment que ce ne sont pas des collectifs féministes. Relevons qu’à New-York, les femmes sont désormais autorisées à déambuler topless dans l’espace public. Pourquoi pas nous ?

Enfin, je dénonce l’éternel poncif de la folie ou de l’hystérie des femmes et des féministes, dont les actions sont regardés comme des actes pathologiques, malgré toutes les inégalités de traitement qui légitiment nos combats !

arton1378

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Alan Shore dit :

    Quand on désigne l’ennemi, on devient ennemi aussi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s