FRONT DE GAUCHE 2012 : Le féminisme s’invite dans la campagne !

« Il se passe quelque chose ! » aimons-nous nous dire entre camarades du Front de Gauche en échangeant coups de coudes et clins d’œil entendus, tant on a rapidement remarqué, depuis quelques semaines, que celles et ceux qui reçoivent nos tracts, viennent à nos Assemblées Citoyennes ou commentent notre campagne sont de plus en plus ornés des sourires bienveillants, de paroles encourageantes, d’adhésion et de curiosité pour notre programme, et s’embarrassent moins du chantage au « vote utile » ou de la radicalité prétendument négative de nos propositions.

Même la presse ne s’y trompe plus, ou ne peut plus feindre de s’y tromper. C’est vous dire ! Elle note dorénavant le nombre pharamineux des citoyen-ne-s qui se bousculent dans nos meeting, comme ce fut le cas en trois jours seulement la semaine dernière à Villeurbanne, à Montpellier ou au Blanc-Mesnil, qui accueillirent chacun entre 8000 et 10 000 sympathisants de tous bords, politique, syndical, associatif, mais aussi de plus en plus de françai-se-s qui n’ont pas ce genre d’activités engagées, qui n’ont que le poids du précariat et du sentiment d’injustice sur leurs épaules et dans leurs cœurs. Cette foule immense, avide et enthousiasmée par nos développements et par le ton qu’emploie le candidat JL Mélenchon pour déconstruire l’idéologie dominante de la droite, a laissé de côté les tristes effets des désabusements pour se mêler de débattre politique, comme il est essentiel qu’elle le fasse pour que respire correctement une démocratie. Contrairement à nos adversaires ou à nos concurrent-e-s, notre candidat leur a parlé le langage du cœur et de la raison sans laisser d’être combatif, comme les conjonctures actuelles l’exigent : La preuve est faite que nous avons bien fait de faire le pari de l’intelligence pendant que d’autres accrochaient les étrangers et les chômeurs à leur gibet pour aller à la pêche au vote !

Cette affluence extraordinaire fut doublement une bonne nouvelle, en plus d’avoir confirmé aux yeux de tou-te-s la force de notre mouvement ! C’est d’abord une bonne nouvelle du fait que les discours de Jean-Luc Mélenchon étaient des discours d’éducation populaire, avec de longues séquences pédagogiques décortiquant les manigances de la droite en France et en Europe, les dangers qui planent sur l’exception française de notre modèle social, et plus précisément sur le droit du travail… ça fait beaucoup de cerveaux imbibés de Lumière et d’informations sur ce qui se trame en ce moment, et il est d’autant plus euphorisant de constater que ces sortes de discours ne sont pas condamnés à animer d’obscures réunions de formations politiques ou des blogs engagés.

L’autre bonne nouvelle est que notre candidat était encore tout plein de la rencontre qu’il a faite lundi dernier avec les jeunes femmes qui vivent au centre d’hébergement et de réinsertion sociale » les universElles » géré par l’association FIT, une femme, un toit, et qui sont aujourd’hui victimes du précariat ou des violences sexistes. Celle-la a quitté ses parents qui la maltraitaient et n’a pu avoir accès aux soins. Celle-ci était battue par son compagnon. Une autre vivait péniblement de petits salaires en accumulant heures de contrats à temps partiel et heures d’intérim.

Pour poser une lumière crue  sur la situation des femmes dans notre société, elles lui firent voir ce petit clip :

En un mot comme en cent, Jean-Luc fut bouleversé par ce film dénué de grands effets dramaturgiques, uniquement chargé de l’émotion simple et vraie qu’inspirent aux spectateurs les témoignages des jeunes femmes qui étaient à ses côtés, d’abord dans le cadre un peu étriqué d’une conférence de presse, puis à travers un débat où les unes furent aussi intimidées par la présence du candidat que l’autre l’était par celles qui lui exposaient les dures expériences qu’elles avaient endurées. Ce n’est qu’à la fin de la réunion qu’en se levant, un cadre plus informel s’improvisa soudain, que les plus enhardies l’abordèrent et qu’un dialogue bien plus riche s’établit !

Cet échange, il ne l’oublia pas, et l’effet que fit ces témoignages sur sa sensibilité investit sans peine les discours qu’il prononça lors des meetings de la semaine : Le lendemain, mardi 7 février, c’est à Villeurbanne que, face à 10 000 personnes, il fit profiter son auditoire de plusieurs minutes adressées au féminisme. les voici – à partir de la 47ème minute du meeting :

 

Le surlendemain, jeudi 9 février, c’est à la 24ème minute de son discours au Blanc-Mesnil qu’encore une fois, il consacra plusieurs minutes aux problématiques féministes :

 

Le lendemain encore, il était l’invité du 12/13 de France 3 et, comme l’animateur achevait l’interview en lui posant une question sur les inégalités salariales, il ne se contenta pas d’une petite phrase de vœu pieux, et consomma jusqu’à la dernière seconde de l’enregistrement à expliquer sa vision de la question des inégalités femmes/hommes :

 

Enfin, la semaine s’acheva sur ces mots qu’il rédigea sur son blog, au troisième paragraphe, pour rendre hommage aux jeunes femmes qui lui avait inspiré toutes ses tirades, car bien que celles-ci expliquaient plus généralement la situation de toutes les femmes, il avait néanmoins le cœur encore hanté par leurs regards en particulier, comme il l’admet volontiers sur son blog. Voici un petit film qui boucle la séquence de cette rencontre, et achève l’hommage :

 


Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Mathieu Abelli dit :

    Bravo pour ce merveilleux article!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s